Pervasif

29/03/2011 / 0 commentaire(s)

Le multimédia, depuis ses débuts, est associé à l'ordinateur. A l'aire de l'informatique mobile, il convient de séparer ces deux notions pour faire émerger une vision pervasive des arts numériques.

La miniaturisation technologique est si rapide, que la puissance de l'ordinateur personnel d'il y a 30 ans est désormais disponible dans des appareils de la taille d'une montre. La multiplication de ces appareils ultra-portables, et souvent connectés (Micro Internet Device), a fait sortir l'informatique des bureaux pour envahir l'espace urbain. C'est la technologie ambiante, ou pervasive.

Cet écosystème dédié à l'hyper-communication peut tout à fait être détourné (comme l'ordinateur-outil l'a été) au profit des arts numériques. Cela demande cependant aux artistes de reconsidérer leur démarche. Le support n'est plus un ordinateur standard dans un environnement standard, mais un ensemble étherogène de technologies encore récentes, nécessitant un travail plus proche du matériel.

L'artiste a du se faire programmeur pour entrer dans le numérique, il doit désormais se faire électronicien pour accéder au pervasif. Assembler des capteurs, traiter des signaux, transmettre des données, voici l'art nouveau. Et, si le fer à souder s'est substitué aux pinceaux, la créativité n'en est pas moins grande.

Ecrire un commentaire




Quelle est la première lettre du mot pnkb ? : 

Réalisation : Antonin Segault
antonin.segault[AT]laposte[point]net
Hébergement : OVH