Adobe

22/05/2011 / 2 commentaire(s)

Ceux qui me supportent depuis quelques temps, ont sûrement déjà entendu mes diatribes contre Adobe. Pour les autres, je vais les détailler ici une bonne fois pour toute.

Aux commandes de la Creative Suite, Adobe est un éditeur de logiciels propriétaires incontournable dans de nombreux domaines du multimédia. Plus encore, depuis le rachat de Macromedia (éditeur, entre autres, de Dreamweaver, Flash, FLEX et Director), sa position est devenu hégémonique sur le marché des logiciels de création graphique. L'absence de concurrent direct lui permet de pratiquer des prix extrêmement élevés, tout particulièrement hors des USA.

Mais ma colère est provoquée par une pratique commerciale beaucoup plus dégoûtante. Adobe a conclut un grand nombre d'accords avec des établissements d'enseignement supérieur du domaine pour y imposer son écosystème logiciel. En inondant ce marché, la pérennité de la société est ainsi assurée, en tuant dans l’œuf toute concurrence potentielle.

En effet, l'omniprésence d'Adobe dans les écoles et les très bas prix proposés aux étudiant (sans parler de la facilité du piratage) conduisent ces derniers à n'utiliser QUE les solutions Adobe durant leur cursus. Ces étudiants, une fois dans le monde professionnel seront donc obligés d'acheter les logiciels au prix fort pour exploiter leurs connaissances.

Ainsi, tous les designers actuellement formés ne le sont qu'à l'utilisation de ces logiciels et ne pourront adopter d'éventuels concurrents qu'au prix d'une longue et coûteuse reconversion. Cette boucle infernale risque, à terme, de geler toute innovation dans le domaine, comme dans tout domaine en situation de monopole. C'est dire si l’enjeu est important.

Les solutions libres alternatives existent, et sont de qualité, mais souffrent d'une très mauvais image auprès de ces diplômés ès Adobe (ce que les professeurs ès Adobe n'ont aucun intérêt à changer). Le travail de communication auprès de ces étudiants est donc primordial pour les soustraire à la logique destructrice d'Adobe.

Par ailleurs, un des logiciels phares de la Creative Suite, Flash, n'a pas (encore) d'équivalent complet dans le monde du libre. Bien que la montée en puissance des technologies HTML5 (permettant l'animation et la lecture de médias directement dans le navigateur web) réduise son importance, la création d'un environnement libre de développement graphique d'animations vectorielles reste une priorité pour s'opposer à Adobe.

Ecrire un commentaire




Quelle est la dernière lettre du mot zbum ? : 

Commentaires

RetroDev, le 24 mai 2011 :

Il est vrai que certains logiciels libres alternatifs n'offrent pas les mêmes possibilités que ceux d'Adobe. En ce qui concerne GIMP, si l'ergonomie laisse fortement à désirer (mais la prochaine version devrait grandement arranger les choses), certains filtres et outils ne sont pas disponibles sur Toshop. D'autres logiciels, comme Inkscape, offrent une utilisabilité et une puissance égale, pour ne pas dire supérieure aux produits Adobe. Plus encore, l'ouverture de ces logiciels permet à l'utilisateur de RÉELLEMENT les personnaliser.

Pour ce qui est de mon "boycott", sa motivation n'est pas le plaisir d'utilisation. Il s'agit simplement de ne pas être bloqué ultérieurement par des choix logiciels. Toutes les entreprises ne pourront pas m'offrir des licences Adobes (comme je le constate actuellement en stage). Mon habitude de ces logiciels libres est ainsi un plus pour elles (et donc pour mon embauche).

Ce qui me gène le plus dans la suite Adobe, c'est qu'elle est la seule dans le paysage du multimédia. Pour moi, ce monopole, comme tous les autres, est dangereux. Et le scolaire ne devrait JAMAIS être aussi proche de l'industrie, car c'est encore plus dangereux.

Et Stallman roxx.

Mathieu, le 23 mai 2011 :

Je suis complètement d'accord ... sauf en ce qui concerne les 2 derniers paragraphes.
En fait ça marche jusque là : "Les solutions libres alternatives existent."
Par contre à part Blender (d'ailleurs Blender n'est pas une alternative à un soft de la creative suite mais bon), les autres soft ne permettent pas un confort d'utilisation ni un taux de qualité comparable à la suite Adobe.
Pour avoir passé un moment sur Gimp avant de connaitre Photoshop, le changement vers la suite Adobe a été un miracle !
Après la stratégie commercial d'Adobe est béton, ça y'a pas à dire.
Mais c'est pas pour ça qu'il faut les boycotter en tout point. Leur logiciels sont tout aussi béton, c'est un plaisir d'utiliser la plupart d'entre eux.
Moi aussi j'accroche bien à l'utopie de Richard Stallman du tout libre, spécialement dans les institutions du type scolaire et gouvernementales.
Mais on ne peux pas se voiler la face, la suite Adobe est super, à conditions de pouvoir se l'offrir (ce qui est souvent impensable).

Réalisation : Antonin Segault
antonin.segault[AT]laposte[point]net
Hébergement : OVH