Psychose

15/02/2012 / 0 commentaire(s)

Dans notre société numérique, si le développeur n'a pas réussi à acquérir le status de héros, le "hacker" (notez les guillemets, d'autres ont déjà écris tout ce qu'il y a a dire sur la confusion entre hacker et cracker), lui, est devenu, au même titre que le néo-nazi et le pédophile, le grand-méchant-loup-qui-fait-peur. Et l'actualité ne fait qu'alimenter la psychose.

Troyan, rootkit, machine-zombie, ... tels sont les mots qui hantent les cauchemars d'une part non négligeable de la population, persuadée que l'on en veut à ses photos de vacances ou à ses divX (tm). Et chacun de suggérer ses remèdes de grand-mère : anti-virus, pare-feu, nettoyage de disque, ... qui ne sont que partie émergée d'une énorme business : la sécurité informatique.

Pourtant, votre ordinateur personnel (cela peut être différent dans le cadre professionnel), n'a pas grand chose à offrir à un éventuel cracker. Aucune de vos données n'a de valeur importante, les voyeurs sont encore plus rares que les vandales compétents. Tout au plus votre machine peut-elle être utilisée dans un botnet, à votre insu, pour participer à une attaque contre un gros système.

Inutile, cependant, de s'alarmer, car des précautions très simples permettent de réduire le risque à un niveau très bas. Deux précautions, pour être concis : faire des mises à jours et réfléchir.

Tout d'abord, il faut savoir qu'un ordinateur (même sous Microsoft Windows) est naturellement protégé contre bon nombre de menaces. Mais même le meilleur anti-virus est totalement inefficace s'il n'est pas à jour. En effet de nouveaux programmes malveillants voient le jour quotidiennement, et la mie à jour garantit que ces nouvelles agressions puissent être détectées et contrées.

Cela fait, votre ordinateur est relativement bien protégé, et personne ne devrait pouvoir l'endommager trop facilement. Hormis vous. Car l'utilisateur est très souvent LE point faible d'un système. Pièces jointes, liens web, clefs USB, ... les attaques les plus fréquentes ne sont pas basées sur une faille informatique mais sur des négligences humaines.

Alors, plus que de sécuriser une machine, il vaut mieux prendre quelques bonnes habitudes : ne jamais ouvrir une pièce jointe venant d'une personne inconnue (ou, au moins, la scanner par un antivirus à jour), ne jamais cliquer sur un lien suspect (vérifier le nom de domaine de l'adresse, se méfier des raccourcisseurs d'URL), scanner les clefs USB et/ou désactiver l'exécution automatique, et, dans toute situation, réfléchir avant de faire quoi que ce soit.

Ecrire un commentaire




Quelle est la quatrième lettre du mot fwwrx ? : 

Réalisation : Antonin Segault
antonin.segault[AT]laposte[point]net
Hébergement : OVH